Cracovie, 10 bonnes raisons pour y faire un tour

Cracovie, la cité des papes et capitale culturelle de la Pologne, est mentionnée dans le New York Times comme « the newest bohemian capital of Eastern Europe ». Le mieux c’est d’y aller et de vérifier soit même. Apres un test de 4 jours, on a trouvé 10 bonnes raisons évidentes d’y aller. Elles sont décrites ci-dessous. Mais Cracovie cache bien plus de secrets. Un trip urbain, décalé, underground, pour une destination qui vaut le détour.

1) Monter au tertre de Krak à Podgorze

Après être resté 5 minutes sur la grande place centrale remplie de touristes allemands, on se dit vite que ce n’est pas l’endroit qu’on est venu chercher ici.  On s’écarte un peu, on descend vers le sud, quartiers plus populaires, et on trouve un peu de verdure.

hors des sentiers battus

Apres une ballade au milieux des buissons, barbelés  et de la boue (ça ne devait pas être le chemin traditionnel recommandé par le lonely planet), on arrive au tertre de Krak.  Une vue à 360° pour admirer Cracovie et ses banlieues tout autour.  Ca mérite d’y monter. On arrive même à se casser la gueule en descendant, et rien que pour ça, ça vaut le coup !

Tertre de Krak

2) Manger une zapiekenka à kazimierz

Une tartine avec du fromage, des champignons, et peperonis si on veut. Le tout avec plein de ketchup! On fait la queue pour en avoir une, mais c’est juste un régal. A midi, à 18h, ou à 2h du mat, il n’y a pas vraiment d’heure pour déguster cette spécialité locale. On peut même ensuite se poser sur l’une des nombreuses terrasses du quartier, et boire sa bière en même temps.  De quoi prendre des forces, pour continuer la visite, ou la soirée !

une zapiekenka à kazimierz

3) Cruiser le long du fleuve

La longue piste cyclable qui longe la Wisla au sud de la vielle ville est parfaite pour cruiser et se balader en vélo. Partir à l’ouest, revenir, partir à l’est, revenir. Se Poser. Se reposer. Et regarder les gens passer.

 On a une superbe vue sur la colline et le chateau de Wawel, et il n’y a que quand le soleil se couche qu’on se dit qu’il faut peut être rentrer.  On se dit bien qu’on irait faire un tour dans la montgolfière, car la vue doit être sympa la haut. Mais on est bien ici.

4) Découvrir l’aciérie de Nowa Huta

Vlad, notre pote du Propaganda nous avait dit de ne pas y aller car il n’y a rien à faire là-bas. Parfait, c’est justement le genre d’endroit que l’on cherche. A l’origine, c’est une utopie socialiste. Des bâtiments tous bien, tous beaux, bien en rang d’oignons, mais des bâtiments colorés !

Nowa Huta

Des allées pleines de verdure. Une église de temps en temps. Ca devait être la ville modèle de la modernité après-guerre construite sur un modèle stalinien qui s’est finalement trouvé un peu plus bancal que prévu après l’effondrement du bloc soviétique. Nowa Huta était une ville à part entière, mais a été rattachée à Cracovie. Et le contraste entre la diversité culturelle de la vielle ville médiévale, et la froideur des blocs de bétons a finalement eu raison de la ferveur rouge. Pire encore, Nowa Huta devient le nouveau quartier branché ou artistes et architectes redonne une seconde vie plus intellectuelle avec une réelle diversité culturelle à ce quartier. Les statues de Lénine on été enlevées et l’aciérie en son nom renommée. L’endroit parfait pour cruiser en fixie un dimanche après midi, et se laisser surprendre. Pour en savoir un peu plus, c’est par ici. 

Nowa Huta

5) Ouvir l’œil sur le street art

Y’en a plein partout, il suffit juste d’ouvrir les yeux, et de regarder autour de soi. Ce qui retient mon attention, c’est ce scrabble, retrouvé à plusieurs endroits de la ville. Les mots sont différents à chaque fois. Il manque toujours quelques lettres, arrachées ou tombées, mais ça me plait. On retrouve le concept de space invader, mais le message est un peu plus explicite ici.

Krakow street art

6) Ecouter la trompette sonner sur la place centrale

Le Hejnal. Les notes sont jouées toutes les heures de la journée et de la nuit, et dans les quatre directions. C’est le symbole de Cracovie, et peut être même celui de la Pologne.  Pour nous ça sera le lundi midi. Celui qui est retransmis en direct par la radio polonaise.  L’air de musique est brusquement coupé. La légende veut que le gardien en voyant l’armée ennemie commença à jouer cet air pour prévenir le peuple. Il fut atteint par une flèche en pleine gorge, et c’est pour ça que la musique s’arrête brusquement.

Le Hejnal

7) Crazy night light life

On va être franc.  Ce n’est pas cher, et il y en a pour tous les goûts. Commencer par déguster une pinte en terrasse, puis prendre un shot de vodka dans une cave indie, danser sur du boogie jazzy avec des hipsers, finir en club electro,  et en sortir quand le soleil est déjà levé. Recommencer le lendemain. Et remettre ça le dimanche soir en  se retrouvant à danser sur du dubstep à 3h du mat.  Crazy.  En 4 jours, 12 bars différents, 6 marques de bières locales, et on ne se souvient plus du nombre de shots de vodka. Crazy night life in Krakow. A vivre. Et pour trouver les meilleurs endroits, suivez Le Guide. Le B-Side n’est plus d’actualité, mais c’est bien l’hysterie sur Estery !

Krakow night life

8) Parce que si on y trouve des fixies, alors c’est un endroit cool

Il y a tellement de bars  en centre ville, que ça pourrait être dur de s’y retrouver. On sait déjà qu’on peut éviter les pubs avec un gros drapeau irlandais sur la devanture, ceux ou il n’y a que des anglais bourrés à l’intérieur, et ceux dont les mecs devant donnent des flyers pour qu’on aille faire un tour à l’intérieur. Ca en élimine quelques uns. Mais la meilleure façon de trouver le bon, c’est premièrement de suivre les gens qui sont habillés comme vous, et deuxièmement vérifier qu’il y a un fixie accroché pas très loin.  C’est comme ça qu’on se retrouve à l’intérieur d’une cour d’immeuble, transformé en micro club avec bar, platines, canapés, film d’animation projeté sur la façade décrépie, et pleins de chemises à carreaux, slims rouges, et moustaches.  Avec un peu chance, on pourra même trouver vice magazine, mais en polonais !

krakow fixie

9) Un bagel au petit déjeuner – et plus si affinité. 

Avec 1,5O zloty, on peu prendre un petit déjeuner. Véridique.  Le bagel polonais. En fait il à du être importé d’Allemagne. Bref. On trouve des vendeurs un peu partout en ville, et c’est pratique lorsque qu’on a raté le petit déjeuner de l’auberge parce que la soirée était trop longue et que l’on s’est réveillé trop tard.  Vraiment pratique ! Ca permet de tenir jusqu’à midi pour déguster les fameux russian damplings. Les raviolis sont aussi une spécialité locale.  A consommer sans modération.

10) Pour l’addition la plus petite du monde

Bah ouais, et dans les deux sens du terme !

Lech, krakow beer

En conclusion

Il y a une atmosphère particulière ici. Il y a 1000 façons de vivre Cracovie. Il suffit juste de trouver la sienne, et de le laisser guider. C’est une ville pleine se surprise, et qui surprend. Il faut prendre le temps de la découvrir, et ouvrir les yeux.  Si on se laisse aller, tout roule !

thas was mY Indie Krakow !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s